Que faisons-nous ?

Depuis 2015, Oneshot Media est le média numérique de la cigarette électronique. L’aventure Oneshot Media a commencé avec les lives YouTube, s’est poursuivie sur le site sur lequel vous vous trouvez mais aussi en version papier avec le magazine Oneshot.

Chaque jour Oneshot Media vous connecte au monde de la cigarette électronique à travers les actualités vape nationales et internationales mais aussi grâce aux revues qui vous permettent de mieux choisir vos e-cigarettes. Grâce à nos partenaires, nous vous proposons également des tests d’e-liquides et la couverture digitale d’évènements spécialisés.

Dédiés aux vapoteurs débutants mais aussi aux experts et aux professionnels du secteur, Oneshot Media œuvre chaque jour pour vous tenir informés de toutes les facettes de la cigarette électronique.

PIPELINE-Store
Accueil / Actualité  / France Inter, le Mois Sans Tabac et la vape

À l’occasion du Mois Sans Tabac, France Inter a réalisé une édition spéciale de son émission Grand Bien Vous Fasse diffusée à 10h, lundi 9 novembre 2020. S’il a été question de tabac, de ses dangers, de sevrage tabagique, il a également été question de vape.

Une émission de France Inter pour aider les fumeurs à arrêter le tabac

France Inter, le Mois Sans Tabac et la vape

De grands spécialistes sur la question étaient invités à participer à cette émission sur France Inter, à savoir :

  • Gilles Dixsaut, membre de la fondation du souffle contre les maladies respiratoires, chef de département à l’Institut National du Cancer
  • Laurent Karila, psychiatre addictologue auprès de l’hôpital universitaire Paul Brousse, enseignant et chercheur à l’Université Paris Sud.
  • Viêt Nguyen Thanh, responsable de l’unité addictions à Santé Publique France
  • Et Anne Borgne, médecin tabacologue, présidente du Réseau des établissements de santé pour la prévention des addictions, que nous connaissons bien dans Oneshot pour avoir participé à certains de nos lives, mais aussi à notre magazine.

Ces intervenants de grande qualité ont pu exposer pendant un petit moment les dangers liés au tabac et les difficultés du sevrage tabagique. Fait très intéressant, la question du sevrage tabagique en période de confinement a été abordée. En effet, le confinement est une période de stress compliquée pour l’arrêt du tabac. À titre d’exemple, 1/4 des fumeurs ont augmenté leur consommation de tabac pendant le 1er confinement (sondage réalisé par Santé Publique France). Il a également été fait état de la difficulté d’aider les patients en sevrage sans présentiel. Les addictologues ont dû utiliser des outils informatiques pour assurer le suivi du sevrage et de veiller à ce que les patients traités soient équipés en amont.

Il a également été question du lien étroit entre la Covid et la nicotine. En effet, comme nous vous l’avions présenté dans un précédent article, les fumeurs développent des réactions plus sérieuses que les autres malades lorsqu’ils sont touchés la Covid. Toutefois, la nicotine protégerait ses consommateurs par rapport au virus. Si pour l’instant ce ne sont que des hypothèses préliminaires, les chercheurs précisent que des études cliniques sont en cours pour évaluer l’effet de la nicotine sur l’infection par SARS-CoV-2. Il est donc nécessaire pour les fumeurs d’user d’autres formes de prise de nicotine et notamment la vape pour éviter toute aggravation de la situation en cas d’infection.

Et la vape dans tout ça ?

S’il a été d’emblée question des avis de l’OMS sur la cigarette électronique, qualifiée par ce dernier d'”incontestablement nocive” et de l’épisode des intoxications à l’acétate de vitamine E aux États-Unis, ces éléments ont vite été mis à mal par les médecins spécialistes présents sur le plateau de France Inter.

En effet, selon Anne Borgne, on a dit tout et n’importe quoi sur la e-cigarette. Elle précise qu’aujourd’hui, on a un nombre suffisant d’études cliniques prouvant qu’elle est bien moins nocive que le tabac. La vape n’est certes pas inerte, mais elle fait partie d’une stratégie de réduction des risques qui permet d’arrêter de consommer un produit dont on connaît les effets gravement néfastes.
En outre, Gilles Dixault précise qu’il y a eu des morts aux États-Unis, car les personnes mettaient n’importe quoi comme produit dans leur e-cigarette et que la loi américaine ne permettait pas de mettre de garde-fou à cela.

Un auditeur est également intervenu à l’antenne de France Inter pour expliquer qu’il avait arrêté très facilement de fumer avec la cigarette électronique depuis 2 ans et demi, et ce avec beaucoup de plaisir. Il signale également que la e-cigarette lui a permis de maîtriser sa consommation de nicotine en baissant au fur et à mesure les dosages au bout de quelques mois d’utilisation.


Longtemps décriée, la vape s’impose de plus en plus comme un recours fiable pour le sevrage tabagique notamment en période d’épidémie de Covid. Il est intéressant d’avoir l’avis de professionnels du sevrage tabagique pour démystifier toutes les légendes urbaines qui circulent sur la cigarette électronique et qui plus est à l’occasion du Mois Sans Tabac.


Rédac de Oneshot

Le compte de la rédaction de OneShot. Oui on passe notre temps à parler de vape sur ce site, mais parfois on parle d'autre chose. Des requins par exemple....

Pas de commentaires
Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.