Que faisons-nous ?

Depuis 2015, Oneshot Media est le média numérique de la cigarette électronique. L’aventure Oneshot Media a commencé avec les lives YouTube, s’est poursuivie sur le site sur lequel vous vous trouvez mais aussi en version papier avec le magazine Oneshot.

Chaque jour Oneshot Media vous connecte au monde de la cigarette électronique à travers les actualités vape nationales et internationales mais aussi grâce aux revues qui vous permettent de mieux choisir vos e-cigarettes. Grâce à nos partenaires, nous vous proposons également des tests d’e-liquides et la couverture digitale d’évènements spécialisés.

Dédiés aux vapoteurs débutants mais aussi aux experts et aux professionnels du secteur, Oneshot Media œuvre chaque jour pour vous tenir informés de toutes les facettes de la cigarette électronique.

PIPELINE-Store
Accueil / Interviews  / Entretien avec Chris Lusser de StattQualm
Stattqualm

Lundi 2 novembre 2020, l’équipe de Oneshot a eu la chance de réaliser un entretien en direct avec Chris Lusser de StattQualm, à l’occasion de la sortie du nouvel atomiseur de la marque le SQuape A[rise]. Chris ne parlant malheureusement que très peu français, l’entretien a dû être réalisé en anglais. Nous vous proposons toutefois une retranscription en français de cette entrevue.

Chris, pour les vapoteurs qui auraient vécu 5 ans dans une grotte peux-tu présenter StattQualm ?

Stattqualm

Nous avons commencé en 2012, pour des amis avec qui nous parlions vape. Nous avons cherché quoi faire pour améliorer la situation des vapoteurs suisses qui étaient un peu les oubliés du monde de la vape. A l’époque, il existait quelques shops en Suisse, mais ils n’étaient pas très populaires. Les gens allaient acheter leur matériel sur internet en Allemagne ou en France. Nous avons donc décidé d’ouvrir un site internet pour vendre des produits de vape. Nous aimions ce nouveau produit qui délivrait de la nicotine. Puis, nous avons décidé de produire nous-même notre propre atomiseur reconstructible, mais uniquement pour nous même et pas forcément pour le public. Il existait déjà quelques marques sur le marché comme Svoëmesto ou Golden Greek. Nous avions utilisé ces atomiseurs, nous les aimions mais nous avons cherché une solution pour rendre plus simple l’utilisation des atomiseurs reconstructible.
Après établi notre concept d’atomiseur, nous avons cherché un fabriquant. Nous nous sommes d’abord adressés à Victorinox qui a refusé.

Peux-tu nous raconter cette rencontre avec Victorinox (plus gros fabricant de couteaux suisses) et les suites de l’aventure de la création des premiers atomiseurs StattQualm ?

Stattqualm

Le siège de Victorinox est très proche de celui de StattQualm et par le biais de relations nous avons pu rencontrer le responsable des ventes de cette société, qui a refusé notre projet.
Puis, nous nous sommes rapprochés d’une autre compagnie pour réaliser notre prototype. Cette société fabriquait déjà quelques pièces pour nous. Ils ont été intéressés par le projet. Et on s’est lancé. Ensuite, nous avons également pris contact avec certaines personnes de la scène de la vape ayant une bonne expertise pour leur faire tester notre prototype. Elles nous ont toutes dit que c’était un bon produit et qu’il fallait le mettre sur le marché. Ensuite, nous avons dû chercher un shop partenaire en Suisse pour commercialiser notre atomiseur et finir de boucler le financement de notre projet. Nous avons rencontré les responsables d’un shop qui ont pris le risque de payer la moitié du 1er batch StattQualm et nous avons nous même financé la seconde moitié. C’est comme cela qu’à commencer l’aventure StattQualm.
Le premier batch a été vendu en 20 minutes, donc nous avons décidé de refaire un batch, puis un troisième.

A partir du troisième batch, nous avons réfléchi à quelques modifications de notre atomiseur et c’est ainsi qu’est né le Squape R[eload].

Cette recherche d’innovation est un peu la marque de fabrique de StattQualm, non ?

Nous avons deux buts principaux chez StattQualm. Le premier est de tout produire en Suisse et le second est l’amélioration constante de nos produits. Nos créations sont créées en Suisse et nous voulons que le non de SQuape soit un synonyme de “fabriqué en Suisse”. Le nom de SQuape est d’ailleurs un acronyme de “Swiss Quality Vape” (Vape de qualité suisse), même si depuis il correspond aussi à StattQualm Vape.

Quand on regarde le A[rise] on a l’impression d’un N[duro] amélioré

Pas réellement. Effectivement, c’est un N[duro] amélioré concernant l’aspect extérieur et le fonctionnement du tank, mais l’intérieur est très différent. Le deck est différent, l’airflow est différent. Nous avons essayé de combiner deux sortes de montages que l’on peut retrouver dans un atomiseur : le R[eload] et le X[dream]. Certes, ils sont très différents dans leur design, mais il y avait des choses qui fonctionnaient bien dans les deux que nous voulions reprendre. Nous avons aussi repris certaines idées du E[motion] et du N[duro].

Chris, tu nous disais tout à l’heure que tout était fabriqué en Suisse. StattQualm a sa propre usine désormais ?

Non, nous continuons à travailler avec la compagnie avec laquelle nous avons débuté. Nous sommes très proches après 8 ans de collaboration et c’est comme si nous ne formions qu’une seule et même compagnie.

Réalisez-vous des simulations d’airflow pour réaliser les différents Squape ?

Pas réellement, c’est possible si on a les bons logiciels. Mais nous faisons toute une série de tests. A la base, nous avons une idée de comment l’airflow va fonctionner de par l’expérience que nous avons acquise. Puis, nous réalisons un prototype et c’est là que nous commençons nos tests. Nous réalisons d’ailleurs plusieurs prototypes pour chaque type d’atomiseur que nous produisons. Pour le A[rise], nous avons réalisé 4 prototypes.

Pour avoir discuté avec plusieurs modeurs, jusqu’à la production finale vous n’êtes pas toujours certains que vos innovations vont fonctionner, est-ce la même chose pour StattQualm ?

Nous essayons toujours de réfléchir en termes de process. Il faut que nos atomiseurs soient les plus simples possible en termes d’utilisation pour les utilisateurs. Il arrive souvent que des idées soient géniales sur le papier, mais il arrive parfois, lorsque nous réalisons le prototype, cela ne marche pas. C’est pour cela que nous réfléchissons beaucoup à la conception de nos atomiseurs avant de réaliser le premier prototype. Parfois, nous avons des idées géniales, mais qui en réalité ne fonctionnent pas.

Chris, une question du tchat qui te demande si StattQualm compte rester sur le même segment d’atomiseurs ou si vous comptez faire des choses un peu plus aériennes

Stattqualm

Le A[rise] est un atomiseur qui peut s’utiliser en DL, mais également en MTL. Il peut être également utilisé en DL restrictif. Le A[rise] dispose déjà de 6 airdisks pour modifier l’arrivée d’air sous le coil, mais nous réfléchissons à en créer de nouveaux. Nous avons demander aux utilisateurs qui nous sont proches de nous dire quels sont les airdisks supplémentaires qu’ils souhaiteraient avoir. Et après consultation, nous pensons créer 3 ou 4 nouveaux airdisks spécifiques pour amateurs de DL restrictif. Nous pensons également sortir un tank en quartz optionnel pour remplacer celui en PSU fourni avec le A[rise]. Ce genre de tank est très difficile à fabriquer, nous le faisons d’ailleurs faire par des spécialistes. Il faut que chaque pièce soit parfaitement adaptable. Le quartz a beaucoup moins de tolérance aux déformations que le PSU. Mais ça permet de donner un look différent à l’atomiseur.

Combien de temps ça prend de créer le A[rise] ?

Nous avons commencé à travailler sur le A[rise] il y a environ un an. Il a fallu du temps pour concevoir le premier prototype et le tester. Cela a pris environ 3 mois pour concevoir le premier prototype. Puis nous avons testé le prototype pendant encore 3 mois.

Vous faites tester vos atomiseurs à un groupe de vapoteurs proche de StattQualm avant de le mettre sur le marché ?

Bien sûr que nous avons des vapoteurs qui testent nos produits. Le premier prototype n’est testé que par les créateurs, c’est-à-dire Lukas et moi. Le second prototype sera testé également par des employés de la société StattQualm. Puis nous faisons tester à des personnes appartenant à des sociétés qui nous sont proches. Au final, sept ou huit personnes testent les atomiseurs avant leur sortie. Patrick, [le patron de Pipeline en Allemagne, qui est un grand amateur de MTL avec un avis très précis sur la question] donne également son avis en tant que partenaire. Ce qui est important c’est d’avoir les avis différents de gens qui pratiquent des vapes différentes.

Est-ce-qu’une version DLC du A[rise] devrait sortir ?

Nous n’avons pas encore pensé à une version DLC du A[rise]. Nous sommes dans une phase où nous préparons et concevons des spares qui puissent permettre à chacun d’apprécier le A[rise]. Nous sortirons peut être une version DLC l’année prochaine, mais ce n’est pas certain. On ne sait jamais. Mais là nous travaillons sur des versions avec des surfaces ou des couleurs différentes. Mais à l’heure actuelle, il est impossible de dire quand cela sera possible et si cela sera possible.

Combien de temps cela prend-il de créer un Squape A[rise] ?

C’est très compliqué à quantifier, car il y a énormément de pièces. Pour l’ématalisation par exemple, cela prend 2 à 3 semaines pour 500 pièces. Dans notre process de fabrication, pendant que nous produisons les parties ématalisées, nous faisons fabriquer les autres pièces. Mais je ne peux pas quantifier. La prochaine fois, je calculerai le temps de production que prend chaque pièce. Mais chaque atomiseur est différent à produire, cela peut dépendre de sa taille, des matériaux utilisés. Il faut aussi compter le temps pour faire le packaging et contrôler la production. Les Squape sont lavés 3 fois avant le contrôle à la main qui comprend notamment le contrôle du filetage, des tests de résistances aux chocs, de la base 510 pour éviter les courts-circuits. Une fois le contrôle qualité terminé nous envoyons les atomiseurs pour qu’ils soient mis en boite dans un institut faisant travaillé des personnes en situation de handicap.

Vous avez fabriqué un mod mécanique il y a quelque temps, comptez-vous réaliser une box électronique un jour ?

C’est n’est pas vraiment un secret. Nous avons ce projet depuis quelque temps déjà. Mais nous voulions terminer le A[rise] avant. Maintenant que le A[rise] est sur le marché, nous allons pouvoir nous repencher sur ce projet. Et notre box intégrera un chipset Dicodes.



Rédac de Oneshot

Le compte de la rédaction de OneShot. Oui on passe notre temps à parler de vape sur ce site, mais parfois on parle d'autre chose. Des requins par exemple....

Pas de commentaires
Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.