Que faisons-nous ?

Depuis 2015, Oneshot Media est le média numérique de la cigarette électronique. L’aventure Oneshot Media a commencé avec les lives YouTube, s’est poursuivie sur le site sur lequel vous vous trouvez mais aussi en version papier avec le magazine Oneshot.

Chaque jour Oneshot Media vous connecte au monde de la cigarette électronique à travers les actualités vape nationales et internationales mais aussi grâce aux revues qui vous permettent de mieux choisir vos e-cigarettes. Grâce à nos partenaires, nous vous proposons également des tests d’e-liquides et la couverture digitale d’évènements spécialisés.

Dédiés aux vapoteurs débutants mais aussi aux experts et aux professionnels du secteur, Oneshot Media œuvre chaque jour pour vous tenir informés de toutes les facettes de la cigarette électronique.

PIPELINE-Store
Accueil / Je débute  / Entretenir sa résistance
Entretenir sa résistance

Entretenir sa résistance est une condition impérative pour profiter de sa cigarette électronique de manière saine et efficace. Une cigarette électronique fonctionnelle est avant tout une cigarette électronique propre. 
Nous vous avions fait une piqûre de rappel sur le nettoyage hygiénique dans l’article concernant les gestes barrières du vapoteur. Ici, nous allons faire le point sur l’entretien de sa résistance, qu’elle soit préfabriquée ou réalisée par vous-même, on vous dit tout.

Les résistances préfabriquées : 

Résistance

Une résistance de constructeur est une pièce métallique, dans laquelle se trouvent fil résistif (ou du mesh), ainsi que du coton (éventuellement remplacé par de la céramique). Ces dernières peuvent être vendues à l’unité, en pack, ou directement intégrée dans une cartouche comme c’est le cas pour certains pods.

La durée de vie de votre résistance préfaite dépendra de l’utilisation, du liquide utilisé, et de l’impédance (la valeur de votre résistance). 

Une résistance en Sub-ohm (dont la résistance est inférieure à 1 ohm) sera beaucoup plus sollicitée qu’une autre d’une valeur plus élevée de par les puissances qui devront être utilisées.
La composition de votre e-liquide intervient également dans la durée de vie de vos résistances. Plus les liquides sont gras (à hauts taux de Glycérine Végétale) et plus ils sont dosés en arômes, plus ils réduiront l’espérance de vie de votre résistance.

Puissance utilisée et composition des arômes constituent donc l’équation pour la durée de vie d’une résistance. 
En effet, prenons une résistance de 0,3 ohm, utilisé avec un liquide malaisien gourmand bien sucré, utilisé à 80 W : sa longévité n’excédera pas la semaine. A contrario, le même test, avec cette fois une résistance en 1,2 ohm, avec un liquide en 50/50, dosé correctement en arômes, vous pourrez vite monter jusque 2 semaines avec votre résistance. 

Nous voyons trop souvent des résistances noires, caramélisées par leurs liquides, et des utilisateurs qui ne s’en inquiètent pas. Rendons notre matériel le plus sain possible, en le nettoyant constamment, et en changeant les résistances de constructeurs préfabriquées régulièrement. L’économie ne doit pas prôner sur votre santé. 

Malheureusement, pour entretenir sa résistance, le remplacement est la seule pratique permettant une pratique saine de la vape :

NON, une résistance déjà faite ne se nettoie pas. Ni sous l’eau, ni dans de la base neutre. Elle a une durée de vie à respecter, et seul le changement de celle-ci garantira une sûreté de vapotage. 

NON, elles ne peuvent pas être réutilisées quelques mois après en ayant été laissées de côté dans du liquide. Le coton, après plusieurs semaines, sans avoir été chauffé ou imprégné de liquide deviendra totalement inopérant. 

NON, il ne faut pas utiliser la même résistance avec deux liquides différents. Les interactions moléculaires entre les composants des différents liquides peuvent créer de nouveaux assemblages chimiques risqués. La façon la plus sûre d’utiliser sa résistance pour e-cigarette est de privilégier un seul e-liquide par résistance installée.

Les coils pour atomiseurs reconstructibles : 

Coil pour atomiseur reconstructible

Pour entretenir sa résistance, il convient de parler du rodage, du nettoyage et de la conservation de vos coils conçus à partir de fils résistifs. Qu’ils soient déjà fabriqués par un constructeur, par un builder, ou réalisés par vous, quelques règles simples permettront de les utiliser sans risques et surtout, de les conserver plus longtemps ! 

Le rodage : 
Le rodage consiste à faire chauffer le coil pour la première fois, afin d’enlever les points de chauffes, et d’avoir une chauffe la plus uniforme possible. 
Pour se faire, à basse puissance (par exemple, pour un coil nécessitant une puissance de 80 W en utilisation, une puissance de 35 W sera suffisante pour le rodage), vous appuierez plusieurs fois, sans maintenir, sur votre bouton fire afin de réaliser de petit coup de chauffe sur votre coil. À l’aide d’une pince céramique, vous gratterez votre coil légèrement sans forcer, pour obtenir une chauffe uniforme, du centre du coil vers ses extrémités. 
Veillez bien à ne pas « forcer » sur le rodage, s’il est trop fort, il peut altérer la composition de votre fil résistif et libérer des molécules nocives lors de la vape. Le but ici est simplement de bien mettre en route la résistance. 

Le nettoyage :
Comme pour les résistances déjà fabriquées, votre coil aura une durée de vie limitée. Cependant, si vous les entretenez comme il se doit, vous pourrez tirer profit de vos fils préférés un moment. 
Il est nécessaire de changer son coton le plus régulièrement possible (idéalement tous les 2 ou 3 jours, mais là encore cela dépend du e-liquide que vous utilisez). Il est aussi souhaitable de ne pas laisser traîner des cotons qui baignent dans le e-liquide des semaines durant. Financièrement parlant, ce sera toujours plus avantageux que des résistances préfabriquées. Donc, n’hésitez pas à changer votre coton régulièrement. 
À chaque changement de coton, un nettoyage de coil s’imposera. À l’aide d’une brosse métallique, par exemple, vous chaufferez légèrement votre coil une fois le coton enlevé (c’est ce qu’ont appelle le dry burn). Puis, vous laisserez refroidir votre coil et vous gratterez ces derniers pour enlever les éventuels résidus de liquide. Une autre technique préconiserait de laisser refroidir entièrement votre coil, et de le brosser à l’aide d’une brosse à dents souple. Celle-ci pourrait être indiquée dans le cas ou vous auriez des coils travaillés très fragile.
En aucun cas, il ne faudra faire de dry burn, puis tremper immédiatement vos coils sous l’eau. Ce choc instantané de température aura pour seule conséquence de fragiliser vos coils, de durcir le métal, et de grandement raccourcir leur longévité. 

La conservation : 
Comme expliqué au paragraphe précédent, la conservation de vos coils dépendra de l’entretien que vous en aurez. Cependant, même avec toute la meilleure volonté du monde, un coil, ne se gardera jamais plus de 15 à 20 jours. Pour les coils de builder, plus résistants, vos coils pourront être conservés sur un période plus longue (Au delà du mois). Pour la majorité du marché, un coil se changera environ tous les mois. Il vous faudra donc veiller à l’état de vos coils à chaque changement de coton.


Qu’elles soient préfabriquées ou “faites maison”, les résistances sont le cœur de votre atomiseur. Elles permettent de développer pleinement les saveurs de vos liquides préférés, et d’en tirer la meilleure expérience de vapotage qui soit. Votre santé doit toujours passer avant les économies : il convient donc d’entretenir sa résistance et changer ses coils régulièrement. C’est la règle d’or à mettre en place. 


Rédac de Oneshot

Le compte de la rédaction de OneShot. Oui on passe notre temps à parler de vape sur ce site, mais parfois on parle d'autre chose. Des requins par exemple....

Pas de commentaires
Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.