Levest Pulp Laboratoire Lips Alfaliquid Green-Liquides PIPELINE-Store

Quand Didier Raoult parlait e-cigarette

didier raoult vape

Didier Raoult, infectiologue, professeur en microbiologie  et responsable de l’Infectiopole de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille à la Timone, est depuis quelques jours  sous le feu des projecteurs. Au centre du débat sur l’efficacité de la chloroquine, dont il préconise l’utilisation, Dider Raoult est devenu rapidement un personnage public central. Après quelques recherches sur internet, Oneshot Media a découvert que ce même Didier Raoult avait été, dès 2014, une des rares personnalités médicales à mettre en avant l’e-cigarette comme moyen de sevrage tabagique efficace. Petit focus…

Qui est Didier Raoult ?

sourisSi Didier Raoult est surtout connu pour utiliser la Chloroquine auprès de patients atteints du Corona Virus, il est avant tout le plus grand expert français en matière d’infectiologie. À ce titre, lui et son équipe ont d’ailleurs bénéficié de  la subvention la plus élevée accordée en France pour la recherche médicale. Cette subvention leur a permis de créer l’Infectiopole de Marseille, aujourd’hui au centre de toutes les attentions.

En outre, Didier Raoult a régulièrement plaidé pour une priorisation du traitement des décès liés au sucre, au sel, au tabac par rapport à d’autres causes de décès plus aléatoires. Il consacre d’ailleurs son ouvrage Votre santé (publié en 2015 chez Robert Lafont) à cette question. Depuis 1988, le professeur Didier Raoult intervient régulièrement dans les médias. Il a successivement écrit des chroniques pour la presse écrite, au Figaro, au Point, puis plus récemment dans Les Echos. C’est d’ailleurs par ce biais qu’il a pris position en faveur de l’e-cigarette.

Didier Raoult, les puritains et l’e-cigarette

vapoteurDans une chronique publiée en 2013 dans le journal Le Point, Didier Raoult ne mâchait pas ses mots auprès des autorités publiques et des critiques faites sur l’e-cigarette.

« Actuellement, des propositions se font jour conte la cigarette électronique, au principe que l’émission de vapeur entraînerait le goût de fumer chez les non-fumeurs. C’est une approche totalement et uniquement puritaine, qui ne repose sur aucun substrat scientifique et qui traduit le désespoir des puritains à ne pouvoir empêcher les gens d’avoir l’air de fumer. Ayant perdu le substrat scientifique qui justifiait la contrainte, ils espèrent avoir trouvé là le moyen de continuer à faire obéir leurs contemporains.
La médecine n’a pas à servir d’alibi à des puritains qui cherchent essentiellement à contrôler le comportement des autres. Surtout que la coalition d’intérêts commerciaux (les marchands de tabac, de patchs, l’État, les buralistes…) et des puritains risque de mettre en échec la seule arme efficace contre le tabagisme, un fléau, lui, bien réel.”

« La lutte contre la cigarette électronique se fait au détriment de la santé publique. Pour réduire la consommation de cigarettes, on aura tout essayé. Les stratégies retenues par notre pays se sont focalisées sur l’augmentation considérable des taxes sur le tabac, avec comme principale conséquence d’affecter le pouvoir d’achat des plus pauvres, qui sont aussi les plus grands consommateurs. »
S’il est difficile de faire un parallèle entre l’utilisation de la Chloroquine pour lutter contre le Corona Virus et celle de l’e-cigarette pour lutter contre le tabac, les réticences des autorités publiques à utiliser de nouveaux procédés pour améliorer la santé publique de nos concitoyens peuvent paraître incompréhensibles. Surtout quand un grand médecin pousse pour activer le rythme.

One thought on “Quand Didier Raoult parlait e-cigarette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.