Levest Pulp Laboratoire Lips Alfaliquid Green-Liquides PIPELINE-Store

Une étude dissocie attrait des jeunes pour l’e-cigarette et liquides aromatisés

eliquides jeunes arômes

Les liquides aromatisés ne sont pas la principale cause de l’attirance des mineurs pour la vape. Nous sommes nombreux à le clamer haut et fort depuis plusieurs mois, mais malheureusement il n’existait à ce jour aucune étude pour le prouver. C’est désormais chose faite puisque le Center for Disease Control and Prevention (CDC) vient de publier une étude basée sur l’enquête annuelle National Youth Tobacco Survey (NYTS), dont les résultats démontrent que la curiosité est la première raison de l’utilisation de la cigarette électronique chez les jeunes.

Présentation de l’enquête

2019 National Youth Tobacco Survey Shows Youth E-cigarette Use aLa National Youth Tobacco Survey est une enquête annuelle en milieu scolaire qui a eu lieu entre février et mai 2019 auprès d’élèves de collèges et de lycées aux États-Unis. Elle se concentre exclusivement sur les habitudes de consommation des produits du tabac et des facteurs associés. Cette année, le bureau sur le tabagisme et la santé du CDC, en collaboration avec le centre des produits du tabac de la Food and Drug Administration (FDA), a analysé les données de l’enquête pour évaluer les schémas d’utilisation des produits du tabac. Ce n’est pas moins de 19 018 questionnaires (8 837 pour les collèges et 10 097 pour les lycées) qui ont été complétés dans 251 établissements et pondérés pour représenter environ 27 millions d’élèves. Le questionnaire comportait 104 questions couvrant des informations comme l’accès aux produits du tabac, la dépendance, la publicité, les médias, etc.

Des résultats très attendus… mais ignorés

CDCEn se limitant aux données relatives à l’attrait des jeunes pour la vape, on peut noter que parmi les utilisateurs de produit du tabac, la cigarette électronique était le produit aromatisé le plus utilisé à 68,8%. Parmi les élèves ayant déclaré avoir essayé les e-cigarettes, les 3 raisons les plus fréquemment choisies étaient :

  • “J’étais curieux à leur sujet” à 55,3%.
  • “Un ami ou un membre de la famille les a utilisées” à 30,8%
  • “Elles sont disponibles dans des saveurs telles que la menthe, les bonbons, les fruits ou le chocolat” à 22,4%
  • “Je peux les utiliser pour faire des tricks” à 21,2%
  • “Elles sont moins nocives que les autres formes de tabac, comme les cigarettes” à 15,7%

C’est plus de la moitié des jeunes Américains qui ont essayé la vape par curiosité et seulement 1/4 en étant attiré par le grand choix d’arômes disponibles. Cette curiosité peut s’expliquer par une autre statistique de cette enquête : 86,3% des élèves ont déclaré avoir été en contact avec une source de publicité ou de promotion des produits du tabac. Depuis plus d’un an aux États-Unis, les nombreuses campagnes anti-vapotage dans les écoles, sur les réseaux sociaux, à la télévision et dans la presse ont également pu contribuer à augmenter ce chiffre. En effet, quel adolescent n’est pas attiré par l’interdit.

Le problème de cette étude est le communiqué de presse du CDC qui ne met pas du tout en avant la curiosité comme raison majeure. C’est donc en toute logique que des médias comme le New York Times ou le Daily Mail ayant repris le communiqué ont omis de le mentionner. Cette information est pourtant capitale pour la communauté de la vape aux États-Unis, car elle est en contradiction avec l’argumentaire des lois anti-arômes comme à New York ou dans le Massachusetts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.