vapecellar Levest Flavor-Hit Le-French-Liquide The-Fuu Pulp
Voir tous nos partenaires.

Tom Miller, le procureur qui défend la vape.

procureur usa tom miller

Depuis cet été, le scandale des e-liquides frelatés aux États-Unis a fait trembler le monde de la vape. Plusieurs mesures visant à restreindre, voir à interdire l’e-cigarette ont été prises de façon locale ou étatique. Face à cela, plusieurs personnalités politiques ont voulu rétablir une certaine justesse dans les décisions prises à l’encontre de la vape.

Tom Miller, un ennemi du tabac

Tom_MillerTom Miller est Attorney général de l’Iowa (équivalent d’un procureur en France). Il est engagé depuis de nombreuses années dans la lutte contre le tabagisme. Il a d’ailleurs pris part aux négociations entre l’industrie du tabac et le gouvernement américain en 1998, qui ont servi à la mise en place de la MSA. Faisant suite à de nombreux procès des États américains contre l’industrie du tabac, la MSA a permis la mise en place de “dédommagements réguliers versés par l’industrie du tabac aux différents États américains. Plus récemment, il s’est intéressé à l’industrie du vapotage en voyant son efficacité significative sur la diminution ou l’arrêt de la consommation de tabac.

Il a été interloqué du traitement dont la vape a été victime ces derniers mois. En effet, la vague d’intoxications pulmonaires qui a provoqué 39 décès ont subi un traitement médiatique et politique à charge d’un bout à l’autre, inculpant l’industrie du vapotage sans preuves concrètes.

 

Check iconIl a par ailleurs déclaré que “La seule conclusion raisonnable est que c’est le marché noir” qui porte la responsabilité de cette affaire à l’heure où la vape était pointée du doigt.

Une prise de position qui remet les choses en place

Iowa_department-of-justiceLe 3 octobre 2019, le cabinet du procureur Miller a publié une lettre ouverte sous forme de mail consultable sur son site officiel. Il était destiné à plusieurs hauts responsables, que ce soit à la FDA (Food and Drugs Administration) ou au corps politique du pays. Ce mail, dont l’argumentation se décompose en 5 parties, a pour but de remettre à plat l’ensemble des données concernant la vape américaine afin que les prochaines décisions sur le sujet soient prises de la manière la plus juste possible.

La première partie du mail met en avant les conséquences d’une décision trop dure de la part du gouvernement vis-à-vis du vapotage, comme d’interdire totalement les arômes ou même la vape.  Selon Tom Miller, une telle décision jetterait les vapoteurs dans les bras du marché noir ou du tabac. Il tire l’attention sur le devenir de l’ensemble des entreprises ainsi que des 14 millions de vapoteurs américains. Par ce biais, il suggère à la Maison Blanche d’établir une commission afin de prendre la mesure des conséquences que pourrait avoir une éventuelle loi en 2020 allant à l’encontre de la vape.

La deuxième partie met en demeure la FDA de redéfinir entièrement la PMTA, visant à obliger les fabricants de liquides à mettre en conformité leurs produits en se basant sur une norme qui n’est absolument pas compatible avec le marché actuel. Notons qu’aux États-Unis, seul l’IQOS (tabac chauffé) est conforme aux normes demandées actuellement. Les problèmes du délai de mise en conformité, s’achevant le 20 mai 2020, ainsi que le coût astronomique des procédures, obligeront l’immense majorité des fabricants de liquides à retirer leurs produits du marché et à fermer. Le mail met d’ailleurs en avant le système de déclaration des liquides en Europe comme un modèle viable et adapté à cette industrie.

La troisième partie précise que les décisions prises à l’encontre de l’industrie de la vape seront directement bénéfiques à celle du tabac. Il met d’ailleurs en lumière le fait qu’un liquide saveur-tabac comme seule possibilité peut entraîner un engouement pour la cigarette classique chez les jeunes ou les pousser vers le marché noir.

La quatrième partie met à mal l’argument de la protection de la jeunesse, généralement avancé par les opposants à la vape. Tom Miller explique clairement que le chiffre de 20% de lycéens qui seraient vapoteurs montrés dans la presse est biaisé. En effet ce chiffre est basé non pas sur une consommation quotidienne, mais sur une utilisation faite les 30 jours précédents le sondage. La proportion de vapoteurs lycéens est donc infiniment plus basse qu’annoncé, bien plus que celle de la consommation de drogue ou d’alcool. Or, c’est bien la consommation de drogue qui a déclenché la crise sanitaire de ces derniers mois. Le procureur conseille donc d’ajuster les contrôles sur ce qui est réellement dangereux pour les jeunes, notamment le tabagisme. Ses propos démantèlent par ailleurs l’argument de la passerelle amenant les vapoteurs au tabac, chiffres à l’appui.

La cinquième et dernière partie présente une remise à plat du scandale sanitaire. En effet, Tom Miller explique que c’est bien l’acétate de vitamine E servant à épaissir les liquides au THC issus du marché noir qui est responsable des nombreuses intoxications. Il avance par ailleurs qu’il y a 14 millions de vapoteurs aux États-Unis et 50 millions dans le monde entier, et que si il y avait un risque sanitaire grave concernant les liquides, le problème se serait posé plus tôt. Il conseille donc aux autorités de communiquer sur le problème spécifique des liquides issus du marché noir plutôt que d’impliquer l’ensemble de la vape, afin d’avoir une prévention des risques mieux ciblée.

 

Check iconL’action de Tom Miller est un appel aux autorités à ouvrir les yeux sur l’état actuel de la situation, posant les vraies problématiques et occultant tout ce qui sert à alimenter le journalisme à sensation. Il permet ainsi d’apporter des arguments de bon sens et une véritable réflexion afin que la prochaine loi visant à encadrer la vape aux États-Unis soit la plus juste et la plus efficace possible. Espérons qu’il sera entendu.

Vapant depuis fin 2017, j’ai été happé dans cet univers sans même m’en rendre compte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.