vapecellar Levest Flavor-Hit Le-French-Liquide The-Fuu Pulp
Voir tous nos partenaires.

Enquête publique sur les cas de pneumopathie en France : les vapoteurs mélangés avec les utilisateurs de bang

bang = ecig

Dans un précédent article, nous vous avions informé du fait qu’Agnès BUZYN, Ministre de la Santé, souhaitait mettre rapidement en place une veille sanitaire pour les utilisateurs de cigarette électronique. Les premières directives en ce sens ont été adressées au corps médical, mardi 8 octobre 2019, par la Direction générale de la Santé (DGS).

La Direction générale de la Santé chargée de recenser les cas de pneumopathies sévères dues au vapotage

Sante-publique-France-logo.svg

La mise en place d’un observatoire de veille sanitaire, qualifié de “pharmacoviogilance” par la ministre de la Santé, est assurée par l’agence Santé Publique France et ses partenaires et notamment la Direction générale de la Santé (DGS).  La DGS est toute désignée pour assurer cette fonction puisqu’elle est chargée par le ministère de l’orientation de la recherche en santé, prévention des risques infectieux, des maladies chroniques et des risques sanitaires.

L’agence Santé Publique France a publié sur son site internet un communiqué explicatif le 8 octobre 2019. Officiellement, la DGS n’a, quant à elle, publié aucun communiqué sur le sujet.

Toutefois, son Directeur Jérôme Salomon est intervenu récemment sur l’antenne de FranceInfo TV en se voulant rassurant dans un premier temps : “Nous sommes très attentifs à l’application de la directive européenne sur les produits contenant notamment de la nicotine et donc nous avons les mêmes règles que pour le tabac. Le fait que le taux de nicotine soit aussi limité en Europe à 20 mg/ml est un sujet important.”

Logo Ministère de la santé

La suite de son discours est beaucoup moins rassurante et ressemble à s’y méprendre aux discours qui ont conduit aux bans des arômes ou du commerce de la cigarette électronique aux États-Unis : “On a un lycéen sur deux qui a déjà testé et on a un lycéen sur six en France, ça explose, qui vapote tous les jours ! Si c’est utilisé, non pas comme outil de sevrage, mais pour rentrer dans une addiction, en particulier si ces produits contiennent de la nicotine, on a vraiment un souci parce qu’il y a du marketing autour des colorants, des additifs, des arômes et ça, c’est vraiment problématique.”

Au-delà des effets de la nicotine, les paroles du Directeur général de la Santé visent directement les additifs et les ajouts d’arômes. Plus grave, l’utilisation de liquides frelatés contenant des huiles au THC n’est même pas mentionnée.

Quelle mise en place pratique ?

recensement cas pneumopathie

Les médecins, infirmières libérales, services de santé publique, mais aussi les Agences Régionales de Santé (ARS), soit l’ensemble des praticiens de santé, ont reçu mardi 8 octobre 2019, un mail adressé par la DGS.

Ces informations transmises à ceux chargés d’assurer la veille sanitaire sur le terrain, et de faire remonter les données de l’enquête publique,sont particulièrement laconiques. En effet, ce mail peut se résumer en un contexte décrit rapidement et quelques liens consultables :

– un lien vers le site qui recensera les signalements de cas de pneumopathies dues au vapotage ;
– un lien vers le site de la CDC aux États-Unis ;
– un lien vers le détail du dispositif de veille sanitaire établi par Santé Publique France.

Nous nous sommes procuré ce document qui est retranscrit ci-après :

“Subject: [DGS-URGENT] 2019-REC-05 ORGANISATION DU RECUEIL DES SIGNALEMENTS DES ATTEINTES PULMONAIRES GRAVES EN LIEN AVEC LE VAPOTAGE
To: XXX
Une alerte sanitaire concernant une épidémie de pneumopathies sévères chez des vapoteurs est en cours aux États-Unis (au 01/10/2019, 1080 cas, dont 18 décès, ont été rapportés). À ce jour, en France, il n’a pas été détecté d’épidémie.
Le Ministère des Solidarités et de la Santé en lien avec Santé publique France, les agences sanitaires, les partenaires du réseau de prévention des addictions et les sociétés savantes de médecine d’urgence, de réanimation et de pneumologie met en place un dispositif de signalement et d’investigation des cas de pneumopathies sévères chez des utilisateurs de dispositifs de vapotage.
Les médecins peuvent effectuer le signalement des cas sur le portail des signalements https://signalement.social-sante.gouv.fr/psig_ihm_utilisateurs/index.html#/accueil (dans la rubrique « Effet sanitaire indésirable suspecté d’être lié à des produits de consommation » sous l’intitulé «vapotage & pneumopathie»).
Des informations actualisées sur l’alerte américaine sont disponibles sur le site https://www.cdc.gov/tobacco/basic_information/e-cigarettes/severe-lung-disease/healthcare-providers/index.html
De plus, le dispositif de surveillance active des pneumopathies sévères en lien avec le vapotage est détaillé sur le site de Santé Publique France https://www.santepubliquefrance.fr/etudes-et-enquetes/dispositif-de-signalement-des-pneumopathies-severes-liees-au-vapotage
Par ailleurs, les modalités de signalement de tout autre effet inhabituel en lien avec le vapotage, restent identiques (via les rubriques de toxicovigilance ou d’addictovigilance selon les produits consommés ou suspectés).
Nous vous remercions de votre collaboration pour la gestion de cette alerte.

Une enquête qui va mélanger vapoteurs et utilisateurs de bang

Si l’idée d’une veille sanitaire permettant d’éviter l’épidémie d’empoisonnements aux huiles de THC qui a frappé les États-Unis est séduisante, la mise en place pratique met en évidence quelques écueils de taille.

Tout d’abord, on ne peut qu’être étonné par la nature des informations transmises aux praticiens de santé. Elles sont particulièrement sommaires et les éléments de contexte transmis par la DGS sont en anglais, puisqu’ils se bornent aux informations données par la CDC aux États-Unis qui avaient fait l’objet d’un précédent article sur notre site.

bang ecigEnsuite, et là il y a une véritable inquiétude à avoir sur la nature des résultats, la fiche pratique transmise aux praticiens de santé et intitulée “Définition de cas pour la surveillance des pneumopathies sévères associées au vapotage”  précise que la population à surveiller est composée de vapoteurs et de pratiquants du “dabbing”, en d’autres termes, les utilisateurs de bang. Un exemplaire de la fiche est consultable ci-dessous.

Définition des cas de pneumopathie associés au vapotage

Que penser du traitement souhaité par l’enquête sanitaire et le sort réservé aux utilisateurs de cigarette électronique qui se retrouvent mélangés avec des utilisateurs de produits illicites ? Ne soyons pas dupes, les résultats de cette enquête ne refléteront absolument pas la réalité, puisque censés concerner les produits du vapotage.
Les produits utilisés par les utilisateurs de bang ou autres matériels du même type ne sont disponibles qu’au marché noir. Personne ne peut dire réellement ce qu’ils contiennent à la différence des eliquides qui sont eux soumis à des règles sanitaires très strictes.

Si l’on voulait biaiser les résultats, on ne s’y prendrait pas autrement.

Compte tenu de la nature de la population observée, gageons que si les résultats sont mauvais, aucune différence ne sera faite entre vapoteurs et utilisateurs de bang  dans les rapports officiels. Ils le seront encore moins dans les médias qui, depuis le début de cette crise aux États-Unis, ont clairement pris fait et cause contre la vape.

Début 2010, j’achetais ma première ecig et depuis je n’ai jamais cessé de m’y interesser.

J’aime tout démonter, comprendre, analyser et partager.

Aujourd’hui, je vape essentiellement sur des RTA ou des drippers single coil orientés saveur avec un gros penchant pour le materiel de modeurs.

2 thoughts on “Enquête publique sur les cas de pneumopathie en France : les vapoteurs mélangés avec les utilisateurs de bang

  1. Il faut comparer ce qui est comparable, dans cet article on apprend que l’on mélange tout et que les vapoteur sont classés dans une case qui ne leur appartient pas. Sans pour autant crier à la conspiration, je pense que si tout est mélangé c’est pour répertorier encore plus de cas afin de pouvoir tuer la vape.

  2. Encore du n importe quoi. Au moins on est sur du résultat avant le test !
    Mais en face , y’a personne et aucun droit de réponse. J ai fait un courrier à 2 shops en ligne pour exprimer mon soutien par rapport au torrent de boue des médias… pas de réponses. J’essaye de convaincre des potes redevenus fumeurs “grâce” aux merdias mais trop tard, ils ont ingurgité le discours OMS. Youtube n en parlons pas …l opinion publique s est bien inversée. Vous me direz a juste titre *et toi tu t es engagé à quoi* Ben j’ai signé les pétitions et essayer de convaincre comme j ai pu..emmener des connaissances en boutiques, leur faire écouter Dautzenberg Aujourd’hui c est moi qui passe pour un débile avec ma double accus. Retour en 2014. J’espère encore un droit de reponse MÉDIATISÉ de la part de tout le secteur de la VAPE même si je n y crois plus. Il est vrai que beaucoup d actions que vous et d autres menez au quotidien sont a saluer. Je precise que tout ceci n est pas un coup de gueule contre One Shot mais juste un résignement. Ils sont trop fort hélas. Longue vie à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.