Levest Flavor-Hit Le-French-Liquide Titanide The-Fuu Pulp
Voir tous nos partenaires.

L’avis du Parisien sur la Juul

Le parisien Juul

Les quotidiens, vous le savez déjà, sont friands d’actualités concernant la cigarette électronique. Cette fois, c’est le Parisien qui s’y colle, et nous donne son avis sur le pod made in Big Tobacco, la Juul. Et si dans OneshotTV on analysait un peu cet article ? C’est parti !


La Juul vue par le Parisien

juul

Le Parisien commence par une description courte de la Juul qui fait un tabac (jeu de mots Ramucho) aux États-Unis et qui débarque en France. Et bim, premier coup assassin : l’addiction que ce genre de dispositifs peut générer chez les ados… Parce que le pod est nettement plus addictif que la clope ou que les boulettes de résine qu’on y ajoute, c’est bien connu…

Le journal enchaine avec un retour d’expérience d’une étudiante infirmière, qui parle des pods devant une boutique en disant que sa sœur et ses amies s’en sont offertes. “On en voit de plus en plus”. Ce form-factor semble l’intriguer et l’intéresser, elle qui trouve que le tabac “c’est trop cher et ça sent mauvais”. Pour faire comme son idole Rihanna, elle fonce donc s’acheter la stylée et discrète Juul.

Les comparaisons vont bon train dans l’article à propos de la Juul : “l’iPhone de la cigarette électronique”, les recharges préremplies de liquide “un peu comme des capsules de café”, qu’on jette une fois vides. Ce qui expliquerait le succès outre-Atlantique, en plus de son design élégant et de son côté “plug and play”.

Parlons tarifs avec nos amis journalistes ! 30€ la bête, 3€ la recharge de “200 bouffées contenant 1,7% de nicotine” aux gouts variés. Ils se sont bien renseignés les bougres !


Une manne financière pour le marché français

“Eh bien, oui !” C’est plus simple de parler gros sous que de santé publique ! Le Parisien a fait ses calculs : 73% du marché de la vape américaine est converti à la Juul. En France, cela représente 12,5 millions de fumeurs qui peuvent potentiellement s’offrir ce petit bijou de technologie. Et c’est là que personnellement, j’y vois un réel intérêt. Pourquoi ? Parce que la Juul est distribuée pas seulement dans les shops spécialisés, mais également dans les bureaux de tabac. Une belle visibilité auprès de ces millions de fumeurs qui  peuvent vite faire la comparaison entre le futur paquet à 10€ et la e-cig. À condition du moins que les buralistes en soient convaincus, apportent le conseil nécessaire à la conversion et respectent les règles de “bienséance” (vente interdite aux mineurs, vente aux non-fumeurs, etc.).

fda

Parce que les médias généralistes ne peuvent pas s’en priver, et que chaque article se doit d’être impartial, le paragraphe suivant met en garde sur le phénomène du “juuling” qui se propage aux US. La start-up qui produit le désormais célèbre pod est accusée, comme d’autres fabricants, d’avoir converti un grand nombre d’ados à la vape et, par voie de conséquence, à la clope. Ce qui peut quand même être vu comme une interprétation, car il est pour moi impossible de calculer le nombre d’ados qui seraient quand même venus au tabac sans les pods… et combien d’entre eux sont passés de la Juul à la clope ? D’ailleurs le Washington Post explique que la consommation d’e-cig a augmenté de 75% chez les jeunes en 2018, mais aucun chiffre sur l’augmentation du tabagisme… 

Toujours est-il que la Food & Drug Administration (FDA) a mis en garde les fabricants américains sur cette hégémonie auprès des jeunes. Les propositions sont multiples : interdire la vente de liquides associés typés “ado” (energy drink, bubble gum, etc.), stopper la communication sur les réseaux sociaux… encore une fois, la e-cig est considérée comme un produit du tabac voir pire, une drogue de plus !


L’industrie du tabac dans la boucle

Ce n’est pas un secret, Juul compte parmi ses investisseurs l’un des big tobacco : Philip Morris, devenu Altria. 35% du capital est donc à la main de la firme américaine, ce qui suscite des interrogations au sein de la FDA et désormais du ministère de la Santé français. Après les doutes émis sur la vape en termes d’impacts long terme sur l’organisme, c’est un autre angle attaque que nous offre les médias et les gouvernements : l’effet de mode et la source d’addiction que la e-cig peut provoquer chez les non-fumeurs.

Pour conclure sur cet article, le contenu rapporte des faits “factuels”, mais le titre accrocheur “la Juul, l’e-cigarette au parfum de scandale” dénote de l’état d’esprit ambiant . Peut-être encore plus la dernière phrase, émanant de nos institutions “une entrée des jeunes vers des consommations sur lesquelles aucune certitude scientifique n’existe quant à leur impact sur la santé”. Il y a encore du chemin pour que la e-cigarette devienne enfin un outil de sevrage tabagique reconnu et “indiscutable” ! A noter qu’à aucun moment l’article ne fait mention des sels de nicotine… Un acte 2 de cet article à prévoir ?

Et vous qu’en pensez-vous ? La zone de commentaires est là pour donner vos avis !

(source : http://www.leparisien.fr/societe/l-e-cigarette-au-parfum-de-scandale-10-05-2019-8069169.php)


Envie d’en savoir plus sur les pods ? : https://oneshottv.fr/2018/12/21/debuter-dans-la-cigarette-electronique-les-pods/

La Juul :

En savoir plus avec la fiche produit OneshotTV 
La revue en détail
La revue en Live
Ce qu’en pense l’équipe OneshotTV


Marié à une ex-fumeuse, je suis moi-même un ancien “fumeur de soirée”. J’ai essayé de la faire arrêter en 2013 en lui achetant un kit stick+carto en bureau de tabac. Ça a duré 15 jours !

Noel 2014, bien décidé à lui faire stopper cette saloperie qui lui filait une haleine de poney, je décide de franchir la porte d’un shop à Lille. Je repars alors avec 2 Ego et depuis ce jour ni l’un ni l’autre n’avons retouché à une clope, une passion est née.

Passé par toutes les phases : AIO, puis cloud chasing en méca à 0.10, puis pod, je suis retourné aux “sources”, trouvant ma vape en MTL plus ou moins serré. Toujours à la recherche de nouveaux juices, j’ai un penchant pour les gourmands mais apprécie pleinement les fruités, frais et classiques, du moment qu’ils soient bien réalisés. J’aime échanger, partager autour de la e-cig donc n’hésitez pas à me contacter !

One thought on “L’avis du Parisien sur la Juul

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.