vapecellar Levest Flavor-Hit Le-French-Liquide The-Fuu Pulp
Voir tous nos partenaires.

La contrefaçon dans la vape

contrefaçon clone

Comme beaucoup de marchés dans le monde, la cigarette électronique est elle aussi touchée par le phénomène de la contrefaçon. L’évolution d’internet ainsi que la facilité de l’accès au produit et à son achat, souvent très prisés les consommateurs, mènent souvent la vie dure au marché de la vape.

Dans la majorité des domaines, la contrefaçon est très souvent mal perçue par les consommateurs. Or dans le domaine de l’électronique, et surtout celui de la cigarette électronique, ce marché parallèle de la contrefaçon est souvent approuvé par les clients eux-mêmes, et ce même avant la sortie officielle d’un produit dans certains cas.

La raison ? L’argent bien entendu.

Malheureusement ce marché a un énorme impact dans la vape que ce soit économique, sanitaire ou moral.


L’impact économique


Taifun GT atomiseur reconstructible

Il faut garder à l’esprit que la vape est un marché jeune, que les fabricants de matériels (modeurs) sont de simples artisans qui vivent de leur travail. Les contrefaçons revendues « librement » à des prix défiants toute concurrence ont un énorme impact sur les revenus des modeurs. Certains tentent tant bien que mal de garder la tête hors de l’eau pour survivre face à cette économie parallèle.
L’excuse avancée par les fervents défenseurs de « clones » expliquant que ça leur permet de « tester » avant d’acheter est tout simplement fausse. Les réseaux sociaux, via les groupes de discussion ou de revente, ont toujours été le reflet de la façon dont les gens consomment les produits : si le clone est bon pourquoi acheter le vrai ? Et à contrario si le clone est nul alors l’original l’est également.
La preuve en est, à l’époque du Taifun GT, Pipeline vendait plus de kit de spares et autres accessoires pour ce dernier que d’atomiseurs, les possesseurs de contrefaçon du Taifun GT, conscients de la qualité médiocre de leur produit, achetaient les pièces pour le remplacer.  Ce problème a pris une telle ampleur que Pipeline et SmokerStore ont été contraint d’exiger la facture d’achat du Taifun GT original pour bloquer les ventes aux possesseurs de contrefaçon.
À côté de ça, il faut bien se rappeler que la contrefaçon est un marché illégal donc aucune taxe n’est perçue. Tout va dans la proche du fabricant et du revendeur, du black à l’ancienne.


Les risques sanitaires


Quand un modeur conçoit un atomiseur ou un mod, il va utiliser des matériaux de qualité que ce soit une électronique performante ou des matières premières gageant de la qualité du produit, le tout impactant le prix de fabrication et de revente au client. C’est souvent onéreux, mais comme dans tous les domaines il existe un marché de luxe (modes, parfumerie, automobile, etc.) et un marché tout public.
Le fabricant de contrefaçon va réaliser une copie du produit original en essayant de tirer les coûts vers le bas dans tous les processus de réalisation (matière première, main d’œuvre, finition, etc.). Quand on achète un sac de haute couture contrefait, le seul désagrément qu’on puisse constater sera sur la durée de vie du produit, mais dans la vape ça peut être très dangereux :

  • Des matériaux dangereux voir toxiques peuvent être utilisés (plombs, bisphénol, matériaux pollués, etc.)
  • Les normes de sécurité sont rarement respectées (absence de trous de dégazage sur les mods, électronique de mauvaise qualité pouvant prendre feu, courts-circuits, etc.)
  • L’absence de contrôles qualité n’arrange rien au problème, les produits défaillants se retrouvent sur le marché et aucun SAV n’est bien entendu disponible.

La main d’œuvre se compose principalement d’enfants exploités travaillant 16 heures par jours 7 jours sur 7. Bien évidemment ces conditions de vie pour des enfants ont un impact important sur leur santé ainsi que sur leur espérance de vie, c’est un constat dramatique.


Les problèmes moraux


Le marché de la contrefaçon, que ce soit des cigarettes électroniques, du textile, etc. est un marché illégal au même titre que la drogue, les armes, la traite d’humaine (ils sont employés dans les usines). Même si en apparence l’achat d’une contrefaçon ne va qu’impacter le fabricant du produit original, on participe indirectement à la croissance de tous ces marchés illégaux.
Pire encore, la vente de contrefaçon finance en partie le terrorisme.

Il apparaît que dans plusieurs rapports récents de différents organismes comme l’UNIFAB (Union de Fabricants pour la Protection de la Propriété Intellectuelle), la Fondation Robert Schuman, etc., que les groupes terroristes trouvent dans la contrefaçon une source de revenue très lucrative et peu risquée et ne nuisant pas avec leurs idéologies.

Ce constat effrayant pourrait laisser espérer que la contrefaçon de produits du vapotage puisse être exclue de ces financements immoraux, malheureusement il faut garder à l’esprit que les usines fabricants des contrefaçons ne sont pas spécialisées dans un domaine d’activité, elles produisent des centaines de produits différents dont de la cigarette électronique.

toxic-waste

En résumé acheter ou vendre de la contrefaçon que ce soit dans la vape ou d’une manière plus générale c’est s’exposer à des dangers qui peuvent avoir des conséquences dramatiques. Et penser que les « clones » ne sont pas dangereux, rappelez-vous d’une chose, si un fabricant de contrefaçon n’a pas de scrupules à fabriquer des jouets dangereux, utiliser de la peinture au plomb, ou pire remplacer des principes actifs par de la mort aux rats dans un médicament contrefait, dites-vous que mettre du plomb dans un atomiseur ça ne va pas le déranger.

Et bien entendu même si ce n’est que quelques euros dépensés par-ci par-là, acheter de la contrefaçon c’est accepter que des enfants soient exploités ou accepter de financer indirectement des réseaux terroristes.

Maintenant il ne tient qu’à vous de prendre vos responsabilités, acheter des produits originaux ou des contrefaçons, c’est votre responsabilité.

Rapport de l’UIFAB
Rapport de la Fondation Robert Schuman

3 thoughts on “La contrefaçon dans la vape

  1. Alors l’argument le plus fallacieux et plus lamentable que j’ai pu entendre pour défendre les clones c’était « ça rend la vape accessible aux pauvres ». Une merveilleuse manière de t’expliquer que si tu fustiges cette pratique c’est que tu veux empêcher « les pauvres » d’arrêter de fumer donc que tu leur souhaites la mort. On est pas très loin du point Godwin…
    Pour rappel, il a toujours existé des atos pas chers qui marchent très bien et ne sont pas des copies de matériel haut de gamme. Mes premiers reconstructibles étaient des UD, je ne me sentais pas du tout lésé.
    À titre d’analogie, même si j’aimerais bien rouler en Mercedes, n’ayant pas le budget je roule en Clio, pas en contrefaçon de voiture allemande… Et j’arrive à la même heure à destination.
    Le problème des clones est indissociable de celui d’utilisateurs qui au sein d’un marché dominé par des produits chinois tiquent sur le prix du haut de gamme. Je ne m’expliquerai jamais comment d’anciens fumeurs peuvent polémiquer sur un article qui ne coûte même pas deux cartouches de clopes. Ils faisaient comment quand ils fumaient ? Et là je parle du très high-end, du sommet de la montagne, que personne n’est obligé d’acheter pour vaper.
    Oui, dans la vape, le sommet de l’expérience, la meilleure qualité de fabrication, de rendu, d’utilisation et de durabilité, ça coûte même pas deux cartouches de clopes. Pour d’anciens fumeurs. Des années entières avec du matériel au sommet pour le prix de quelques semaines de mégots dans la poubelle. Et il y a d’anciens fumeurs qui y voient un problème. C’est moi ou il y a un truc qui déconne ?
    À l’été 2014 je dépensais donc deux cartouches de clopes pour acheter un Squape Reloaded. Je vape en ce moment du Viktor dessus… J’ai jamais cessé de l’utiliser, je vape dessus tous les jours même si ce n’est plus mon ato principal. Évidemment il n’a pas bougé en plus de 5 ans.
    À côté de ça, il y a quelques années j’ai rencontré un type qui en possédait un clone et galérait à le faire fonctionner car c’était un nid à courts-circuits (eh oui les clones sans revêtement Ematal…). Si cet ancien fumeur avait investi le prix de deux cartouches de clopes (je le dis beaucoup mais c’est pour rendre le truc marquant) il aurait depuis plusieurs années beaucoup de satisfaction avec un ato de qualité suisse.
    Ne me considérant vraiment pas comme riche, et ma banquière non plus d’ailleurs, je suis loin de posséder tout le matos que je voudrais. Mais simplement en tant que grande personne je fais des choix. J’ai peu de pièces mais toutes sont de qualité, durent et me dureront. Et au final j’ai le sentiment que ça me coûte bien moins cher que d’acheter souvent des merdouilles.
    Vraiment, j’ai beau retourner le problème dans tous les sens, j’en arrive toujours à la même conclusion :
    Les gens qui cautionnent les contrefaçons-de produits-pour-anciens-fumeurs-qui-coûtent-au-maximum-deux-cartouches-de-clopes sont des cons.

    Et joyeux anniversaire OneShot !

  2. Bonjour, je suis en parfaite adéquation avec votre article ! J’ai juste une question pour les possesseurs d’articles contrefaits. Avant de passer à la Vap, auriez vous acheter des cigarettes contrefaites ? Je pense que non du fait des risques pourquoi le faire avec la Vap …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.