Levest Flavor-Hit Le-French-Liquide Titanide The-Fuu Pulp
Voir tous nos partenaires.

La cigarette électronique : quésako ?

NB : ce qui suit n’est pas un cours de génie électrique ou d’électrotechnique, mais simplement une explication du fonctionnement d’une cigarette électronique rapportée au “plus simple”.

Ecig, Vape, Vapette, Vaporette, Clope électronique… tous ces termes pour ne représenter qu’une seule chose : la cigarette électronique.

 


Mais c’est quoi une cigarette électronique ? De quoi c’est fait ?


 

Drip-Tip : embout qui sera on contact avec vos lèvres. Plusieurs diamètres et matières existent pour le confort de chacun.

Réservoir : emplacement qui va contenir votre liquide, la plupart du temps transparent afin de pouvoir contrôler la quantité de liquide restant avant de remplir de nouveau.

Résistance : composée de coton, qui est contact avec le liquide, et d’une fil résistif qui va être chauffé pour permettre la vaporisation de votre liquide. La résistance est un consommable que vous allez devoir changer au fur et à mesure du temps selon son état.

Base : c’est la pièce qui permet l’échange électrique entre la batterie et la résistance. En règle générale, c’est sur cette base que vous pourrez contrôler le tirant d’air (airflow).

Switch : bouton d’activation de la cigarette électronique et qui permet de chauffer la résistance.

Batterie : c’est ce qui vous permet d’utiliser votre cigarette électronique et permet la chauffe de la résistance.

 

La cigarette électronique c’est donc une batterie reliée à un clearomiseur (ou atomiseur), lui même composé d’un réservoir (appelé aussi “tank”) et d’une résistance (ou “coil”).

La batterie est ce qui permet d’envoyer une puissance électrique pour permettre la chauffe de la résistance. Chaque batterie à sa propre autonomie (qui variera selon votre usage) et permet d’envoyer une certaines puissance à la résistance pour produire de la vapeur.

Le clearomiseur se compose d’un réservoir pour y mettre le liquide de votre choix et d’une résistance. Ce qui dissocie le clearomiseur d’un atomiseur, c’est que le clearomiseur fonctionne avec des résistances pré-construites alors que l’atomiseur c’est à vous de faire votre résistance.

La résistance est ce qui va permettre de vaporiser votre liquide. La résistance est formé à partir d’un fil résistif et c’est la résistance créée qui est en contact avec le coton. La valeur de la résistance va donc influer sur la quantité d’énergie à délivrer pour faire chauffer la résistance et donc aussi sur la quantité de vapeur produite.

Le coton est l’élément qui est en contact avec la le liquide présent dans votre réservoir, et qui par absorption (ou capillarité) va emmener le liquide jusqu’à la résistance. Le coton est toujours en contact avec le liquide et la résistance.
Quand vous allez appuyer sur le switch, l’énergie de la batterie va circuler jusqu’à la résistance, la faire chauffer et vaporiser le liquide qui en contact avec celle-ci.

 


L’électricité dans la cigarette électronique : principe général


Pour faire simple, on part dans vos souvenirs d’école, bien avant le BAC & le Brevet, mais plutôt l’époque où la fin d’année était synonyme de Kermesse. Dans cette période, il y a forcément eu à un moment donné un “cours” de votre professeur qui était annoncé par : “Les enfants aujourd’hui, nous allons voir comment allumer une ampoule et ensuite nous allons créer un jeu d’adresse”.

Le premier atelier où un fil était relié au culot de l’ampoule, l’autre au plot de cette ampoule. Chaque fil sur un pôle (le + et le -) de la pile. Entre l’ampoule et la pile, il pouvait y avoir un sélecteur ou non qui permettait de faire passer le courant. Quand tout était connecté, l’ampoule s’allumait et inversement.

 

 

 

Et dans l’autre atelier : cette bonne vieille pile alcaline, la planche à bois pour cacher la misère, une ampoule, des fils, un cintre, le tout connecté à une ampoule ou un émetteur sonore. Quand vous touchiez le cintre (relié au +) avec le manche (relié au -), l’échange électrique s’effectuait et l’ampoule s’allumait, annonçant votre échec.

 

 

 

Le principe était le même, pour allumer l’ampoule, certes il fallait faire une erreur, mais on connectait sans le savoir les bornes positives et négatives de l’ampoule à celles de la pile. Et quand une ampoule claque, c’est que soit la résistance ne fait plus son travail après de bons et loyaux services, soit vous lui avez envoyé trop de puissance.

Et il y avait quoi dans cette ampoule ? Une résistance qui chauffait au passage du courant.

Pour rappel : le passage du courant dans un élément qui a une résistance électrique produit de la chaleur par ce qu’on appelle l’effet Joule. Plus la valeur de la résistance est grande, plus l’électricité a du mal à passer. 

 


La cigarette électronique : le fonctionnement plus en détails.


Dans la cigarette électronique c’est le même principe que l’ampoule, sauf que c’est uniquement pour les grands ! Que vous utilisiez des résistances pré-faites ou que vous fassiez vous-même vos résistances, l’idée est de délivrer du courant jusqu’à la résistance.

 

Vous avez votre accu, ou votre batterie, dans votre tube ou votre box, dont les pôles positif et négatif sont reliés aux pôles respectifs du plot 510.

 

 

 

 

Ce plot 510 sert de base à votre clearomiseur/atomiseur, mais aussi de conducteur car ils seront en contact.

Le plot 510 à un pôle positif ressemblant à une tête de vis, et un pas-de-vis qui lui est le pôle négatif.

Ces deux pôles du 510 sont reliés à la batterie. Vous pouvez aussi voir un isolateur : celui-ci joue le rôle très important de sécurité. En effet, si les pôles positif et négatif venaient à entrer en contact, il y aurait court-circuit de la batterie (ce qui peut créer de sérieux accidents).

A moins d’être sur un mod mécanique, et donc sans électronique ni sécurité, c’est à dire que vous savez parfaitement maîtriser votre matériel, les courants de décharge des accus, les règles de sécurité et la loi d’Ohm, la plupart des tubes/box électro intègrent des sécurités pour vous.

 

En dessous de votre clearomiseur/atomiseur, vous aurez tout le temps ce même système de connexion.

Le pin 510 de l’atomiseur viendra en contact avec le positif de votre box/tube.

Le plot positif sera toujours protégé et séparé du négatif par un isolateur.

Et enfin le pas-de-vis jouera toujours le rôle de masse et conservera sa connexion avec le négatif de votre box/tube.

 

 

 

 

 

Dans votre atomiseur reconstructible, si on enlève la chambre, le liquide, le coton, etc… il y a une résistance.

Si vous êtes sur un atomiseur reconstructible (comme c’est le cas ici pour l’exemple), votre résistance est vissée sur les vis de votre plateau. Cette résistance est alors connectée aux pôles (+ et -) du 510 situé en-dessous, qui lui est connecté aux pôles de votre box/tube, et donc à la batterie.

Notez encore une fois la présence d’un isolateur à la base du pôle positif du plateau.

 

 

 

 

 

Dans le marché de la cigarette électronique, vous pouvez soit les faire (ce que l’on appelle du reconstructible) ou bien acheter des résistances pré-fabriquées (comme celle-ci présentée à gauche).

Le fonctionnement interne reste le même : il y a une résistance, enroulée ou remplie de coton. Celle-ci est reliée au pôle positif et au pôle négatif, toujours séparés par un isolateur.
Lorsque vous vissez votre résistance sur votre base, vous permettez la connexion du pin 510 et le pas-de-vis de votre clearomiseur vers ceux de la base, puis votre box/tube.

 

 

Le sélecteur qui permettait ou non d’allumer ou d’éteindre votre ampoule (I/O) est aussi présent sur votre tube ou votre box : c’est le switch qui vous permet d’allumer/éteindre votre tube/box.

Quand vous appuyez dessus, vous fermez un circuit électrique afin de faire passer le courant. La résistance va chauffer et va vaporiser le liquide présent sur le coton.

Plus la puissance que vous envoyez est forte, plus la chauffe s’effectue rapidement.
Plus vous restez appuyé, plus votre résistance chauffe car vous libérez de l’énergie vers votre résistance.

A vous de gérer la durée et le flux d’air en conséquence avant de brûler votre coton.

 

 

Voilà l’idée de la cigarette électronique dans son ensemble. Comme pour l’ampoule, on ferme un circuit électrique afin de faire passer le courant pour faire chauffer une résistance afin de vaporiser un liquide nicotiné ou non.

Et que ce soit pour faire sa propre résistance ou l’acheter déjà toute prête, reste à savoir quel fil résistif vous souhaitez utiliser.

 

Le Bilbon de la vape, il aura fallu du temps pour y passer mais maintenant qu’on y est, il ne reste plus qu’à avancer ! Grand amoureux du MTL & de jus bien réalisés.

“Allez viens, on est bien bien bien bien bien !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.